Biographie

Artistes autodidactes, Pierre Brassard et Marie-Pier Lebeau vivent et travaillent à Québec. Formant depuis 2008 le duo d’artistes Pierre&Marie, ils ont plus d’une trentaine d’expositions individuelles et collectives à leur actif. Ils ont présenté leur travail au Musée national des beaux-arts du Québec, dans différents centres d’artistes, maisons de la culture et galeries du Québec. Une première exposition solo en contexte muséal est prévue en 2020 au Musée régional de Rimouski, sous le commissariat d’Ève de Garie Lamanque. Soutenus par le Conseil des arts et des lettres du Québec et par le Conseil des arts du Canada, leurs oeuvres font partie de collections publiques (Collection Prêt d’oeuvres d’art du MNBAQ, Ville de Longueuil, PADORAC, CALQ), de la collection Desjardins et de plusieurs collections privées.

Démarche

La pratique de Pierre&Marie est traversée par la présence d’objets rattachés à la culture populaire et fait écho aux fondements de notre société moderne, échafaudés autour d’idéaux instantanés, de joies éphémères, à la fois sincères et délusoires. Singulière, elle fait appel autant à une mémoire collective qu’à un vocabulaire personnel que nous élaborons autour de mises en scènes tragi-comiques. Dans un système cultivant la beauté et l’éblouissant, nous cherchons les failles qui génèrent un espace de réflexion poétique référant à la fois à l’intime et à l’universel. Au coeur de nos préoccupations: la surconsommation, la beauté, le désenchantement, le merveilleux, la ruine, la mémoire, la banalité, le sublime.

Délibérément décalées, nos oeuvres donnent l’impression d’un « presque parfait », où l’esthétique soignée cohabite avec l’incongruité et la surprise. Accessibles par leur références à l’imaginaire collectif, leur portée symbolique et leur facture pop, elles révèlent un quotidien réinventé, empreint de poésie. Notre travail récent, photographique et sculptural, est souvent marqué par des tensions: il est à la fois tendre et oppressant, évoquant tour à tour la réalité et le factice, le vivant et le fabriqué. Il y est question de nature au bord de l’épuisement, de mouvement incessant entre destruction et regénérescence, de  fragile quête d’idéal, de beauté dans le chaos.

Précédent
Suivant

Crédit photo: Pierre&Marie